­

Écoquartiers du monde

1_eva lanxmeer 1Partout sur la planète des communautés se questionnent sur l’avenir du monde et sur les moyens d’influencer son développement de manière plus durable.

Les plus intéressants sont les projets ayant au moins 10 ans d’existence. Ils nous apprennent que la technologie a ses limites et que l’implication des citoyens est essentielle pour que l’écoquartier atteigne ses objectifs.

Je vous présente ici quelques projets inspirants tout en y jetant un regard critique.

Vauban à Freiburg en Allemagne: l’exemple citoyen
1_capteursL’écoquartier de Vauban dans la ville de Freiburg en Allemagne fêtera ses vingt ans en 2016. Il fut parmi les premiers écoquartiers au monde et demeure encore à ce jour un des exemples les plus réussis d’écoquartier.

Construit en 1996, sur un site immense qui abritait d’anciennes casernes militaires, il accueille près de 5 500 habitants.

Vauban est une réussite écologique en matière énergétique mais aussi pour sa qualité de vie axée sur la réduction des voitures et l’implication des citoyens.

Le manque actuel de mixité sociale est la seule ombre au tableau mais plusieurs initiatives tentent déjà d’y remédier.
Voir l’article complet sur Vauban

Harmmaby Sjöstad à Stockholm en Suède: l’exemple technologique
1_espaces vertsHarmmaby Sjöstad est aussi un des plus anciens écoquartiers au monde et il est devenu une référence européenne en développement durable. Situé au sud de Stockholm sa construction débuta en 1993 et la fin de sa construction est prévue pour 2017. À ce moment, il devrait contenir 11 000 logements et abriter 25 000 résidents.

Ce quartier était une ancienne zone portuaire et industrielle dont les terrains étaient fortement contaminés. La première étape des travaux fut de décontaminer les sols. Harmmaby Sjöstad est souvent cité parmi les écoquartiers les plus technologiquement avancés mais il démontre aussi que la technologie à elle seule ne suffit pas pour atteindre les objectifs visés.
Voir l’article complet sur Harmmaby Sjöstad

BedZED à Beddington en Angleterre: l’exemple carboneutre
1__carboneutreBedZED ou Beddington Zero Energy (fossil) Development est un petit écoquartier résidentiel de seulement 100 logements qui fut construit au sud de Londres à la fin des années 90.

Le projet BedZED fut basé sur quatre grands principes de l’éco-construction futuriste:
– Limiter les émissions de carbone par personne à 2,1 tonnes de dioxyde de carbone (CO2),
– Éliminer les sources d’énergies fossiles,
– Réduire la demande en ressources et favoriser les ressources renouvelables,
– Viser une qualité de vie avec une faible empreinte écologique.

Malgré le nombre limité de logements, le projet BedZED était considéré comme un véritable micro-quartier écologique grâce à sa mixité social et la présence de commerces et de services. Cette réalisation est rapidement devenue une référence pour réduire l’empreinte de carbone des immeubles résidentiels.
Voir l’article complet sur BedZED

Masdar à Abou Dabi dans les Émirats Arabes Unis: l’exemple du désert
1masdar_coupeLorsqu’on pense à une ville verte du futur on l’imagine difficilement dans le désert au pays du pétrole. Les peuples arabes n’ont pas une conscience environnementale très développée mais là-bas comme ici, la nécessité est la mère de l’invention et du changement. On pense bien sûr à l’ère de l’après pétrole et de manière plus urgente, c’est la ressource en eau potable et les coûts de climatisation qui sont au coeur des changements.

Depuis 2008, les Émirats arabes unis construisent dans le désert une ville dont l’urbanisme devrait en faire un modèle de ville durable pour les climats chauds et secs. Ce modèle mêlera de vieux concepts bioclimatiques à des technologies nouvelles. Il sera très coûteux et inaccessible à la classe moyenne. Cependant, on en tirera probablement de nombreux enseignements bénéfiques et de nouvelles technologies plus accessibles pourraient en émerger.
Voir l’article complet sur Masdar

IJburg à Amsterdam dans les Pays bas: l’exemple flottant
1_ijburg1La ville d’Amsterdam, dans les pays-bas, construit depuis quelques années un quartier résidentiel de banlieue entièrement bâti sur la mer. Le quartier IJburg est constitué d’îles artificielles mais une partie des habitations est tout bonnement des maisons flottantes accessibles par des quais. Malgré les difficultés techniques de construction, les maisons flottantes coûtent moins chères que des maisons équivalentes à Amsterdam.

Jusqu’à maintenant quatre îles ont été construites et une soixantaine de maisons flottantes sont habitées. Le projet est un véritable laboratoire technique et social où les enjeux environnementaux et économiques se sont confrontés pour en arriver à un consensus bénéfique pour les deux parties.

Une ligne de tramway relie le quartier à la gare centrale d’Amsterdam pour limiter au maximum l’usage de l’automobile au pays de la bicyclette.
Voir l’article complet sur IJburg

Rimbunan Kaseh à Kuala Lumpur en Malaisie: l’exemple pour pays en développement
1vue-ensembleDans les pays en développement, la solution la plus souvent évoquée est la création d’éco-villages intelligents qui sont à la fois bien branchés sur les technologies de communication et l’éducation tout en étant créateur de nourriture et de biens pour les grandes villes avoisinantes. C’est le cas de Rimbunan Kaseh, un nouveau village communautaire de l’état de Pahang situé au nord-est de Kuala Lumpur la capitale de Malaisie.

Le village est composé de 100 logements à prix abordables sur une superficie de 12 hectares et il inclue des centres éducatifs et de loisirs branchés. Il possède un système agricole en circuit fermé, qui fournit de la nourriture et du travail aux villageois. Un travailleur peut ainsi gagner huit fois plus que la moyenne des habitants de la région.
Voir l’article complet sur Rimbunan Kaseh

Yves Perrier
2015/09/30

Par |septembre 30th, 2015|Développement durable, Écodesign, Écoquartiers|0 Commentaire