­

Cohabitat Québec: un modèle de cohabitation urbaine

1-cohabitat-quebecLe projet Cohabitat Québec est à ce jour l’exemple le plus réussi d’un ensemble résidentiel écologique en milieu urbain. Non seulement il a obtenu la plus haute certification écologique de construction (LEED Platine), mais en plus, son aménagement autour d’une cour intérieure incite les occupants à se réunir et à échanger.

Issu de dix années de réflexions et de travail par un groupe d’individus inspirés, ce projet trace véritablement la voie à un nouveau mode d’habitation urbain axé sur le partage et le bon voisinage.

Bien épaulés par des équipes professionnelles chevronnées en architecture, en ingénierie, en aménagement du paysage et en droit immobilier, les membres de Cohabitat Québec ont su faire les bons choix pour vivre dans un environnement sain et durable.

Un projet multigénérationnel
2-maisons-villeLa volonté des membres-propriétaires-occupants de Cohabitat Québec était de formé un groupe respectant le ratio typologique des ménages au Québec afin de créer un environnement multigénérationnel. Le projet contient 42 unités de logement répartis ainsi:
– 4 maisons de ville de 4 chambres
– 6 maisons de ville de 3 chambres
– 10 condos de 3 chambres
– 16 condos de 2 chambres
– 6 condos de 1 chambre

Les membres répondent avec brio aux objectifs de la nouvelle politique familiale de la ville de Québec.

Réduire la dépendance à l’automobile
3-courEn situant le projet dans le quartier Saint-Sacrement, les occupants diminuent leur dépendance à l’automobile. L’emplacement est très bien desservi par les transports en commun et le réseau de pistes cyclables. Plusieurs services de proximité sont accessibles autrement qu’en voiture comme : bibliothèque, épicerie, pharmacie, église, dépanneur, services bancaires, parc pour enfant, centre sportif, écoles, CEGEP et université.

Ce quartier offre une grande diversité de fonctions urbaines. L’habitation y côtoie des commerces, des services, des entreprises culturelles et de loisirs, des institutions et des équipements publics.

Construire dans un environnement déjà bâti permet de densifier la population de la ville et de réduire l’étalement urbain.

Un stationnement commun avec un service d’autopartage Communauto réduit les coûts du stationnement, du déneigement et de l’utilisation de l’automobile.

Réduire les coûts
4-plan-terrainLe prix des condominiums de Cohabitat Québec varie de 230 000 $ à 420 000 $, ce qui correspond au prix du marché pour des condos neufs équivalents. Cependant, ces habitations sont de qualité supérieure et elles correspondent aux normes d’efficacité énergétique Novoclimat.

De plus, l’accès à la maison commune et au parc central donne une valeur supplémentaire à chaque logement.

On peut donc affirmer que les membres de Cohabitat Québec ont réussi le pari de construire des habitations écologiques de haute qualité à un prix équivalent ou moindre que celui du marché.

Une certification écologique LEED Platine
5-plan-rcEn plus de la certification Novoclimat qui atteste de la qualité de l’air et de l’efficacité énergétique des unités individuelles, le projet s’est vu mériter la certification LEED Platine pour ses qualités environnementales.

Parmi les qualités les plus importantes on retrouve:
– le service autopartage
– la proximité des services et du transport en commun favorisant les déplacements à pied
– un aménagement extérieur ayant un faible impact sur l’environnement
– la conservation des arbres matures
– l’orientation sud de nombreux vitrages permettant un apport d’énergie solaire passive
– l’utilisation de matériaux de construction sains, durables et sans produits toxiques
– la présence de fenêtres de chaque côté des unités qui permettent une ventilation naturelle efficace
– le recyclage d’un immeuble plutôt que la démolition (réduction des déchets)

La gestion par consentement
6-plan-ssLa gestion des parties communes et des activités reliées à la maison commune est faite par les membres du cohabitat. Les membres élisent un conseil d’administration, un directeur général et des comités chargés de diverses tâches.

À défaut d’obtenir le consensus, toutes les décisions sont prises par consentement.
Contrairement au consensus, qui cherche à convaincre et à rallier tous les membres, le consentement demande un engagement à ne pas s’opposer à une proposition. Il ne cherche pas à ce que les membres approuvent une proposition, mais demande si les membres ne s’y opposent pas (zéro objection). Cette approche, qu’on nomme sociocratie, est moins génératrice de conflits.

Le financement. Le projet Cohabitat Québec a mis 10 ans à se réaliser. Malgré plusieurs projets similaires dans le monde, il s’agissait d’un projet très novateur au Québec et les banques ne voulaient pas le financer. Le projet a pu débuter grâce à l’apport de la SCHL, qui a assuré le financement initial pour monter le plan d’affaires et réaliser les plans préliminaires du projet.
Sans l’apport de la SCHL pour le démarrage de l’entreprise, le projet n’aurait pas pu établir sa crédibilité et trouver le financement nécessaire.

Grâce à ce coup de pouce initial, Cohabitat Québec a pu convaincre la Caisse d’économie solidaire Desjardins qui a offert le soutien financier principal pour la construction ainsi que Filaction. Comme pour l’achat de tout condo, chaque acheteur a déposé sa propre mise de fond. L’ensemble a coûté 11 millions de dollars au final.

Voir la vidéo de la SCHL sur le projet Cohabitat Québec

Yves Perrier
2015-09-30

Par |septembre 30th, 2015|Cohabitats, Développement durable, Écodesign|0 Commentaire