­

Biomasse: fabrication de biocharbon en Afrique

1_cuisson-formatsLe charbon de bois est le combustible le plus économique et le plus utilisé dans les villes d’Afrique. C’est un combustible apprécié car on peut en acheter de petites quantités à la fois et il brûle de manière sécuritaire dans des poêles économiques. Par le procédé de pyrolyse, on peut facilement fabriquer du charbon à partir du bois avec des fours rudimentaires, mais polluants, ou d’autres fours de technologie plus avancée et plus propres pour l’environnement.

Malheureusement, cette popularité du charbon de bois crée une surexploitation des forêts et participe à la désertification de l’Afrique. Selon l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture des Nations Unies (FAO), seulement en Tanzanie, les forêts du pays sont en train de disparaître à un taux de 4,200 kilomètres carrés par an. C’est environ quatre fois la taille de New York.

Voilà pourquoi on cherche à utiliser d’autres formes de biomasse pour la production du bio-charbon qu’on appelle biochar.

2_deforestation-mozambiquePour les besoins de la cuisine, le charbon est pratique et économique. Il est inutile de demander aux gens de s’en passer pour réduire les émissions de CO2 ou pour protéger la ressource. De même, pour ceux qui travaillent dans cette industrie, c’est souvent leur seule source de revenu. Les Africains ne pensent pas au futur, ils s’inquiètent pour le prochain repas de leur famille.

Pour satisfaire à la fois les consommateurs et les producteurs, tout en protégeant la forêt, des organisations à but non lucratif recommandent maintenant la fabrication de briquettes de charbon à partir de déchets de biomasse provenant de l’agriculture. Les briquettes de charbon à base de biomasse sont généralement d’aussi bonne qualité que le charbon de bois. De plus, les briquettes de biochar peuvent être fabriquées par les agriculteurs à partir d’un four et d’une presse mécanique de technologies simples et abordables.

Utilisation des ressources
3_biomasseToute biomasse sèche peut être utilisée pour fabriquer des briquettes de biochar. Les matériaux les plus communs sont les tiges de maïs ou de riz, les feuilles, l’herbe, les petites branches, les coques de noix de coco, la sciure et les copeaux de bois. De manière générale, on utilise des matières qui seraient normalement brûlées par les agriculteurs.

Les agriculteurs brûlent toujours leurs champs après les récoltes. C’est une pratique commune pour la lutte antiparasitaire et pour enrichir le terrain pour la saison suivante. Cependant, ces feux incontrôlés sont souvent trop forts. Dans ce cas, ils deviennent inutiles pour la fertilité du sol car ils tuent aussi les micro-organismes bénéfiques du sol et éliminent complètement le paillis qui protège son humidité et sa biodiversité. Les agriculteurs peuvent utiliser le tiers de leur biomasse à brûler et utiliser les deux tiers restants pour la fabrication de briquettes de charbon. Ceci encourage les agriculteurs à contrôler leurs incendies et à faire une meilleure gestion de leurs ressources. Avec un four très simple, ils peuvent produire de la poudre de charbon qui leur donne un revenu supplémentaire.

La fabrication du charbon
4_fours-pyrolyseChaque agriculteur peut fabriquer uniquement une poudre de charbon ou ses propres briquettes. La fabrication de la poudre de charbon exige un four à biomasse fabriqué de plusieurs barils de pétrole de 55 gallons soudés ensemble pour créer un plus large volume. La poudre de biochar est formée par pyrolyse, c’est-à-dire une cuisson à haute température dans un milieu pauvre en oxygène, qui ne produit pas de flamme, et dont le résultat est la poudre de biochar (ou le charbon de bois si on prend du bois comme biomasse) ainsi que du gaz, de huile ou du goudron selon la nature du combustible.

Les producteurs de poudre de charbon peuvent la vendre à des distributeurs pour la fabrication de briquettes ou peuvent fabriquer leurs propres briquettes et les vendre aux distributeurs qui les acheminent dans les centres urbains. Actuellement, le prix obtenu par le producteur de poudre de charbon est seulement de 6 cents US par kilo alors que les briquettes se vendent 30 cents le kilo dans les villes.

La fabrication des briquettes
5_extrudeuseLes agriculteurs peuvent fabriquer leurs briquettes à partir de leurs propres presses manuelles ou de presses louées par les distributeurs. La poudre de charbon est mélangée à un liant pour lui donner une bonne densité et cette pâte sort de l’extrudeuse comme de la saucisse coupée à intervalles réguliers. Les extrudeuses manuelles coûtent environ 90$ USD et peuvent produire de 20-40kg par jour. Les extrudeuses louées peuvent produire jusqu’à 500 kg de briquettes par jour.

Un individu voulant démarrer une PME de fabrication de briquettes dans sa communauté a besoin d’un investissement d’environ 500 USD pour acheter tous les équipements et recevoir la formation nécessaire.

Un marché en devenir
6_briquettesDepuis 2006, plus de 3000 personnes ont été formées à cette technique en Tanzanie, en Ouganda et au Burundi. Pour l’instant, le produit est accueilli favorablement par bon nombre de consommateurs mais il demande une certaine adaptation à son usage.
Lorsque les briquettes sont fabriquées à partir de feuilles ou d’herbe leur teneur en cendres est plus élevée et la résistance de la briquette est moindre. Les usagers doivent donc modifier les quantités pour la cuisson.
Mais compte tenu des nombreux avantages pour les petits producteurs comme pour l’environnement, ce marché est certainement la voie à suivre pour une économie durable et responsable en Afrique et dans d’autres pays en développement.

7_biocharVoir aussi Appropriate Rural Technology Institute (ARTI)

Yves Perrier
2015/10/13