­

Experts PA LEED : architectes, ingénieurs, évaluateurs

experts leed ingenieur architecteLes experts accrédités par le programme LEED ne sont pas tous égaux et n’ont pas la même spécialité.

Il existe trois niveaux pour les professionnels du bâtiment qui permettent de distinguer ceux qui ont seulement une compréhension de base des pratiques du bâtiment durable des experts spécialisés de haut niveau et de ceux qui ont une longue pratique des exigences de LEED. Ceci permet d’établir clairement pour les intervenants de l’industrie quels professionnels détiennent des connaissances de base, un niveau de connaissance avancés ou extraordinaires des pratiques de construction environnementales selon une évaluation LEED.

Dans tous les cas, les professionnels doivent répondre à des exigences de maintien de leur titre. En effet, comme les technologies durables et les systèmes d’évaluation des bâtiments LEED évoluent rapidement, les professionnels LEED doivent constamment maintenir leur niveau de connaissance à jour sur les pratiques du bâtiment durable. Ils doivent régulièrement suivre des cours de formation et passer des tests de mise à jour de leur compétence.
La formation des professionnels est le rôle principale du Conseil du bâtiment durable du Canada.

Les trois niveaux de titres experts LEED

Experts Niveau 1 : Associé écologique LEED. Ce titre dénote une connaissance de base des principes et des pratiques du bâtiment durable et de LEED. Il s’adresse aux professionnels qui soutiennent la conception, la construction et l’exploitation de bâtiments.
Ce titre a été créé à l’intention des professionnels qui possèdent une expertise dans des domaines non techniques de la pratique, par exemple des fabricants de produits, des agents ou des courtiers en immeubles, des enseignants de l’éducation supérieure, etc.

Experts Niveau 2 : PA LEED avec spécialité. Le titre de PA (Professionnel agréé) LEED avec spécialité démontre que son détenteur possède une connaissance approfondie des pratiques du bâtiment durable avec une spécialisation dans un système particulier d’évaluation des bâtiments LEED.
Ce titre s’adresse aux architectes, designers, ingénieurs, gestionnaires de bâtiments, etc.

Le titre des experts s’applique à cinq domaines de spécialisation :
– PA LEED exploitation et entretien (E&E)
– PA LEED habitations
– PA LEED conception + construction de bâtiments (C + CB)
– PA LEED design d’intérieur + construction (DI + C)
– PA LEED aménagement de quartier (AQ)

Experts Niveau 3 : Fellow LEED. Ce titre reconnaît la contribution d’un professionnel à l’amélioration des normes de pratique LEED et des connaissances dans le domaine des bâtiments durables. Pour y être admissible, le candidat doit avoir été PA LEED depuis au moins huit ans et avoir le titre de PA LEED avec spécialité.
Le titre de Fellow LEED est attribué à la suite d’une mise en candidature et d’un examen du dossier du candidat avec recommandation par ses pairs.

La gestion de l’eau
La ressource en eau potable, même au Québec, est beaucoup plus limitée que l’on croit. Particulièrement celle des nappes aquifères profondes qui peut prendre 30 ans pour se renouveler.

Une bonne gestion de l’eau passe par une consommation responsable de cette ressource mais avant tout par la protection de sa qualité. L’eau est le véhicule de tous les éléments nutritifs des plantes qui constituent le début de notre chaîne alimentaire. Une eau polluée produira une nourriture moins saine pour notre consommation ainsi que pour tout le monde vivant. En ce sens, il est important de ne pas trop en consommer (les québécois sont parmi les plus grands consommateurs d’eau au monde) mais il est surtout important de ne pas la polluer par des rejets toxiques ou pouvant modifier la nature de l’eau.

Protéger la qualité de l’air
En hiver, l’air de nos maisons, de nos institutions, des immeubles destinés au travail de bureau ou des usines est de cinq à dix fois plus pollué que l’air extérieur. C’est normal car nous prenons l’air extérieur et nous lui ajoutons des centaines de produits chimiques différents provenant des matériaux, des équipements, des machines et aussi de nos cosmétiques et produits d’entretien. Ces polluants créent de nombreux problèmes de santé généralement mineurs que la nausée, les maux de têtes, la toux ou des irritations de la peau mais peuvent aussi rendre très malades certaines personnes devenues intolérantes à ces produits. On appelle ces gens les hypersensibles, et ils sont de plus en plus nombreux à réagir fortement aux cocktails de produits chimiques que nous respirons tous les jours.

Toutes les actions visant d’abord à réduire le taux de polluants intérieurs sont les bienvenues. Ensuite, tous les systèmes de dépollution de l’air comme les UV, les ions négatifs ou les filtres HEPA à poussières fines peuvent aussi aider dans la mesure ou ils n’ajoutent pas d’autres polluants irritants comme le font certains désinfectants ou parfums pour masquer les odeurs.

Réduire les rejets dans l’air extérieur. On sait que les poêles et foyers au bois peuvent créer un smog urbain important et très irritant pour les voies respiratoires. On sait aussi que les systèmes de chauffage au mazout émettent beaucoup de gaz à effet de serre contribuant au réchauffement planétaire. D’autres éléments de construction, comme les toits végétalisés sont au contraire bénéfiques à la qualité d’air et à la réduction des îlots de chaleur urbains.

Par Yves Perrier
2011/10/08

Par |novembre 26th, 2015|Conception et plans, Gestion, Maisons neuves|0 Commentaire