­

Bois-torréfié: choix et protection pour balcons et revêtements

bois-torrefie revetementsDepuis ses débuts au Québec, il y a moins de dix ans, le bois-torréfié a connu plus que sa part de problèmes: fendillement, pelage, torsion, grisonnement…
Exactement ce que le bois torréfié devait contrer comparativement au bois traité et au bois naturel séché au four.

Sachez d’abord qu’il existe d’excellents produits de bois torréfié au Québec et qu’avec un entretien régulier ce bois magnifique peut garder sa belle apparence.

Les problèmes du bois-torréfié viennent de trois sources:
1- Son utilisation à l’horizontale et comme plancher de terrasse n’est pas un bon choix pour le bois torréfié
2- Les parements extérieurs sont mal installés par des entrepreneurs qui n’appliquent pas les recommandations de pose des fabricants
3- Les allégations peu scrupuleuses des vendeurs de rêves qui clament que ce bois n’a pas besoin d’entretien alors qu’au contraire il a autant besoin de soins qu’un bois régulier.
Voici donc comment utiliser, choisir et entretenir votre bois-torréfié pour qu’il conserve toute sa valeur.

Qu’est-ce que le bois-torréfié?

bois-torrefie parementLa torréfaction est un traitement à haute température qui donne un bois totalement sec et d’une grande beauté qui peut remplacer le bois traité chimiquement pour les terrasses, les parements extérieurs ou le mobilier extérieur.

Le Québec fut le premier endroit en Amérique du Nord où on a pratiqué la torréfaction du bois. À leurs débuts, les fabricants québécois se sont basés sur deux systèmes de torréfaction finlandais et français mais aujourd’hui la technologie est relativement similaire pour tous les fabricants.

On assèche le bois jusqu’à ce qu’il atteigne 0% d’humidité en le chauffant dans un four dépourvu d’oxygène à une température variant de 160 à 245′ Celsius. La température varie en fonction des essences et aussi de la couleur désirée.

On lui redonne ensuite de l’humidité pour qu’il atteigne un pourcentage de 2 à 3% d’humidité.

Les caractéristiques du bois-torréfié

bois-torréfié choixLe bois-torréfié a trois avantages écologiques importants.

1- Un produit durable. Les champignons nécessitent un taux d’humidité de 20% dans le bois pour se développer. L’assèchement du bois le rend plus résistant à la pourriture mais celui-ci ne doit pas être en contact avec le sol ou de l’humidité permanente sinon il pourrira.
Le bois-torréfié n’est plus attaqué par les termites, les fourmis charpentières et les insectes qui se nourrissent du bois. La torréfaction élimine les composantes qui nourrissent les insectes.

2- Un produit sain. Le bois torréfié ne contient aucun produit chimique pouvant contaminer l’air, l’eau ou le sol. Il est donc sécuritaire pour la santé des utilisateurs. De plus, son traitement est permanent et intégral dans toute l’épaisseur du matériau.

3- Un produit local. La torréfaction peut se faire avec des essences de bois locales et dans des usines locales. Il n’est pas nécessaire de brûler du pétrole pour transporter le bois sur des milliers de kilomètres en provenance de pays éloignés. De plus, il donne plus de valeur à des essences de bois communes.
On dit que pratiquement tous les bois peuvent être torréfiés sauf la pruche et le hêtre. Cependant, il s’agit d’un procédé coûteux alors tous les bois ne méritent pas d’être torréfiés.

Le choix de l’essence de bois

bois-torrefie terrasse protectionComme revêtement extérieur. Au Québec, on utilise particulièrement le pin gris, le peuplier, le tremble et le pin jaune pour les revêtements. Pour les revêtements, je recommande d’utiliser des essences qui ne gonflent pas à l’humidité comme le pin gris et le pin jaune.
La question des noeuds. Lors de la torréfaction, les noeuds ont tendance à rapetisser et à tomber des planches. Par contre, les noeuds restants sont solidement fixés et ne constituent pas un problème pour le comportement et l’usage du bois.

Comme bois intérieur. La grande stabilité dimensionnelle du bois torréfié et sa couleur intégrale le rendent aussi très intéressant à l’intérieur pour tous les ouvrages d’ébénisterie et de sculpture. Pour ces usages on utilise principalement le frêne blanc, l’érable et le chêne rouge.
Les noeuds dans le bois franc. Dans le bois franc, il est préférable d’utiliser des planches de grade supérieur, sans noeud. En ébénisterie, les noeuds peuvent être problématiques.

Pas comme plancher de terrasse. Pour l’instant, je déconseille l’usage du bois torréfié comme plancher de terrasse parce que je n’ai encore jamais vu un enduit protecteur durer plus d’un an sur un plancher. L’eau stagnante, l’exposition au soleil d’été, l’usure des pieds viennent rapidement à bout de tous les enduits protecteurs qui ont peu de prise sur le bois.

Pas pour les bacs à fleurs. Pour l’instant, je le déconseille aussi pour les bacs à fleurs et pour tout usage extérieur où la largeur de la planche est posée à l’horizontale. Aussi, le bois torréfié ne doit pas être en contact avec un sol humide.

La protection du bois

Le bois-torréfié grisonne ou blanchit très rapidement lorsqu’il est exposé au soleil. Pour conserver sa belle couleur et son fini lisse, il faut vite le recouvrir d’un enduit protecteur contre les rayons ultraviolets et contre la poussière.
Comme les cellules du bois torréfié se ferment lors de la torréfaction, la surface doit absolument être sablée afin d’ouvrir les cellules et de permettre aux enduits de s’y accrocher. Sinon les enduits ne tiendront pas.

Pour empêcher le grisonnement du bois il faut ajouter un bon protecteur contre les rayons ultra-violets. Les finis clairs, même ceux qui affirment protéger contre les UV, n’empêchent pas le grisonnement ou le changement de couleur.
Il faut que la teinte soient suffisamment foncée pour que les pigments bloquent les UV.

Je recommande deux produits pour la protection du bois-torréfié: les teintures à l’huile végétale Carver et les teintures à l’acrylique Wood Plus.
Il s’agit de teintures colorées semi-transparentes qu’on applique d’abord en deux couches. Par la suite, on ajoute une couche transparente d’entretien à tous les 4 à 6 ans sur les parements dépendant de l’orientation des murs.

Pour les planchers de terrasses, malheureusement, aucun enduit protecteur ne semble résister 2 ans à l’extérieur. Le bois torréfié se met alors à grisonner de manière inégale et les planches exposées aux intempéries ont davantage tendance à fendre. C’est un bon produit au mauvais endroit.

Par Yves Perrier

2015-10-15