­

Agents immobiliers: quelles sont les possibilités de commissions ?

facade_recenteLes propriétaires ont un certain éventail de possibilités pour vendre leur propriété avec un agent immobilier. Il est toutefois difficile de déterminer quelle façon se révélera la plus avantageuse, car chacune a ses avantages et ses inconvénients. Le choix le plus approprié dépend à la fois de facteurs humains, des caractéristiques de l’immeuble et du marché immobilier au moment de la vente.

La pratique habituelle à 7%
Dans la majorité des transactions immobilières, le propriétaire vendeur engage un agent inscripteur pour vendre sa propriété et l’acheteur engage un agent collaborateur pour trouver sa propriété. Dans ce cas, l’engagement oblige tout acheteur à transiger avec les agents et ceux-ci se partagent généralement une commission de 7% + taxes, déboursée par le propriétaire vendeur.

Selon la valeur d’une propriété et la demande du marché, les propriétaires peuvent parfois négocier ce pourcentage avec leur agent. Dans les secteurs en demande, il n’est pas rare de voir un agent réduire la commission globale à 6% pour obtenir le mandat de vendre une propriété. Les propriétaires ont donc avantage à rencontrer plusieurs agents avant de faire leur choix.

Toutefois, le partage de la commission entre les agents a aussi de l’importance lors de la mise en vente de la propriété. En effet, l’agent inscripteur peut se réserver 4% de la commission et donner seulement 2% à l’agent de l’acheteur. Dans un tel cas, les agents des acheteurs seront beaucoup moins intéressés à faire visiter cette maison et préfèreront faire visiter d’autres propriétés à leurs clients, où la commission de vente est plus intéressante.

Les agents des entreprises de courtage immobilier telles que Remax, Sutton, La Capitale ou Royal Lepage, peuvent aussi offrir aux propriétaires de vendre leur maison avec un mandat exclusif à 4%. L’agent doit alors trouver un acheteur sans avoir recours à un agent collaborateur, par le réseau mls.ca ou des annonces dans les journaux. Environ 15% des acheteurs trouvent ainsi leur maison selon l’Association canadienne de l’immobilier.

On pourrait croire que l’arrivée du réseau MLS sur internet met en péril le rôle de l’agent collaborateur, mais jusqu’à aujourd’hui celui-ci est toujours très recherché. En plus d’offrir son expérience et son expertise, l’agent collaborateur a accès au réseau EDGAR, réservé aux agents d’immeubles. Toutes les nouvelles inscriptions demeurent au moins cinq jours dans le réseau EDGAR avant d’être inscrites sur le réseau MLS public. Dans les secteurs recherchés, un très grand nombre de propriétés sont ainsi vendues avant d’arriver sur le réseau MLS et avant même qu’une affiche soit installée sur la propriété.

L’agent immobilier à 2 ou 5%
Certains courtiers encouragent la négociation de particulier à particulier. Ils offrent les services d’agents immobiliers et de mise en marché pour une commission réduite de 2% à l’inscription sur le prix d’inscription (ou un montant minimum). Comme chez les autres courtiers, il n’y a aucun frais d’inscription pour la propriété. Grâce au réseau mls.ca, tout acheteur ou tout agent d’immeuble peut trouver le type de propriété disponible selon sa valeur et sa situation géographique. Par des photos intérieures et extérieures, l’acheteur peut visualiser la maison et décider si elle peut lui convenir. Ce type de courtier conseille le vendeur pour établir le prix de vente de l’immeuble et le dirige dans ses négociations avec les acheteurs ainsi que pour rédiger l’offre d’achat avec lui au moment de la vente. Cependant, le vendeur discute directement avec les acheteurs et s’occupe des visites de la propriété.

Toutefois dans 70% des cas, les ventes sont faites par le biais d’un agent immobilier collaborateur d’une autre agence, représentant un acheteur. Dans ce cas, le vendeur doit offrir une commission supplémentaire à l’agent de l’acheteur, ce qui porte la commission totale à 4 ou 5% + tx.

Le meilleur rapport qualité/prix ?
Si vous désirez acheter une propriété dans un secteur chaud, où les maisons s’envolent rapidement, il est inutile de chercher sur mls.ca, engagez un agent immobilier pour qu’il les déniche sur Edgar.

Dans un secteur en faible demande, le pouvoir de négociation de l’acheteur est plus grand s’il négocie de particulier à particulier car le vendeur n’a pas à tenir compte d’une forte commission. Cette situation n’est pas nécessairement à l’avantage du vendeur mais plutôt de l’acheteur car il sait que le vendeur ne bénéficie pas du support de vente et d’achalandage d’une agence de courtiers.

En ce sens, pour un vendeur, le recours à un courtier utilisant les pratiques courantes est probablement le meilleur choix en tout temps car la réduction de la commission joue contre le vendeur.

2008/11/12

Par |novembre 12th, 2015|Achat & vente, Agent immobillier & intervenants, Gestion|0 Commentaire