1plancherDepuis une dizaine d’années on assiste à une véritable explosion de produits dans le domaine des planchers de bois franc. Avec la venue de produits de Chine, d’Europe, de Scandinavie, d’Amérique du sud et d’Afrique, de nouveaux produits sortent pratiquement à tous les mois et autant disparaissent du marché. Cette situation devient complexe autant pour les marchands que pour les consommateurs.

Sur quelles critères doit-on se baser pour choisir le produit le plus durable ou le plus écologique ? L’expert québécois en planchers de bois écologiques, M. Sylvain Roy, Président de Plancher PM nous présente les notions importantes à connaître.

Le bois est un produit écologique
Il faut d’abord se rappeler que la coupe sélective d’arbres matures pour en faire du bois de construction est généralement un geste écologique. En grandissant, les arbres emprisonnent le CO2 dans leur bois et dans leurs racines. Lorsqu’ils arrivent à leur maturité, les arbres deviennent carboneutres. Ils émettent autant de CO2 qu’ils en consomment. Si l’arbre meurt et pourri dans la forêt, il émet tout le CO2 qu’il a emprisonné dans son bois durant sa vie. La coupe des arbres matures devient donc une façon d’empêcher l’émission de gaz à effet de serre et permet à de jeunes arbres de pousser davantage et de capter le CO2.

Les critères écologiques
Les critères écologiques de l’utilisation du bois sont relatifs à l’ensemble de la durée de vie de l’arbre et de l’immeuble construit: la croissance, l’exploitation de la forêt, la transformation du produit, son transport, son usage et son élimination.

Durant sa durée de vie on doit surveiller:

1- Le critère énergétique: la quantité d’énergie requise

2- Le critère environnemental: déchets et rejets toxiques, destruction des écosystèmes

3- L’impact sur la santé des habitants locaux, des utilisateurs et des travailleurs: quantité de polluants émis dans l’air ou l’eau de consommation ainsi que l’exploitation humaine.

L’approche LEED. Il est rare de trouver le produit écologique idéal. Certains préfèreront acheter du bois d’une forêt écologique d’Argentine alors que d’autres choisiront une essence locale d’une forêt moins bien exploitée pour réduire la pollution générée par le transport et encourager l’économie locale. Chaque approche mérite de bons points d’un point de vue écologique global mais certains en ont plus que d’autres.

Les planchers de bois dur (bois franc) massifs
2eucalyptus2Les planchers de bois durs (bois franc) traditionnels, sont fabriqués de bois massif. Le plancher de bois massif traditionnel est installé, sablé et verni sur le chantier. Aujourd’hui il est de plus en plus remplacé par des produits de bois massif prévernis en usine.
De manière générale, les planchers de bois dur massif ont l’air très écologiques, mais la surexploitation forestière des 25 dernières années et la croissante très lente des bois durs au Québec rend leur coupe problématique pour les écosystèmes. Plusieurs essences de bois locaux sont aujourd’hui moins disponibles et des essences aussi communes que le merisier deviendront de plus en plus rares d’ici peu.

Critère énergétique: il est préférable de choisir un bois local plutôt qu’un produit venant de Chine ou d’Amérique latine.

Critère environnemental: il est préférable de choisir un bois d’une forêt certifiée FSC, une forêt gérée écologiquement et dont la gestion est appuyée par les communautés locales. En 2008, Plancher PM fut la première entreprise au Québec à offrir du plancher de bois franc certifié FSC. Aujourd’hui, l’entreprise offre de l’eucalyptus d’Argentine FSC ainsi que des bois francs locaux (merisier, érable et chêne) certifiés FSC..

Critère santé: on peut choisir un verni posé en usine pour ne pas contaminer l’air de la maison lors du séchage ou un verni latex à faible émission de COV.

RAPPORT QUALITÉ/PRIX. Les planchers de bois massifs locaux provenant d’arbres de plus en plus petits produisent des lames de bois qui ont tendance à tordre et à se fendre. Voilà pourquoi les constructeurs de maisons neuves se tournent de plus en plus vers les bois francs d’ingénierie beaucoup plus stables et fiables que les planchers de bois massif locaux. En ce sens, si on veux un bois massif de bonne qualité, l’eucalyptus FSC d’Argentine est techniquement un excellent choix. L’eucalyptus est aussi un bois à croissance très rapide donc une ressource naturelle rapidement renouvelable.

Les planchers de bois d’ingénierie
3bois_ingenierieLe bois d’ingénierie est un assemblage de couches de bois collées ensemble à chaud ou à froid. Les meilleurs produits comme le Symmetry, fabriqué au Québec, ne sont faits qu’avec des bois franc (bois dur) alors que d’autres utilisent une combinaison de bois franc en surface et de bois mou au centre.
Sylvain Roy fut le premier expert au Québec à introduire et promouvoir les bois francs d’ingénierie pour les planchers. Pour lui le bois d’ingénierie est une solution ure, performante et écologique. Les bois d’ingénierie ont un avantage sur le bois naturel massif : leur dilatation en présence d’humidité est beaucoup plus faible. En effet, le bois naturel est relativement stable dans le sens de ses fibres, en présence d’humidité la dilatation se fait essentiellement sur la largeur des planches. On croisant les fibres du bois, l’assemblage de bois d’ingénierie offre une dilatation égale dans les deux sens et beaucoup moindre. Ceci permet de réaliser des planches de largeur allant jusqu’à 5-1/4 po sans que celles-ci subissent d’espacement entre les planches. Plusieurs manufacturiers offrent les essences courantes d’érable, de chêne, de merisier et de frêne mais aussi des bois exotiques plus durs comme l’ipe, le jatoba, le bois de rose, le bois tigré (tigerwood), etc.
Critère énergétique: la transformation du bois massif en bois d’ingénierie ne requiert pas beaucoup d’énergie et permet d’utiliser des essences locales inutilisables en bois massif.
Critère environnemental: les planches étant fabriquées à partir de plus petites pièces de bois, on coupe deux fois moins d’arbres pour obtenir le même nombre de planches. Actuellement, il n’existe pas de bois d’ingénierie fabriqué de bois certifié FSC.
Critère santé: on peut choisir un verni posé en usine pour ne pas contaminer l’air de la maison lors du séchage ou un verni latex à faible émission de COV.

RAPPORT QUALITÉ/PRIX. Malheureusement, tous les planchers d’ingénierie n’ont pas les mêmes performances. Les types de bois utilisés, leur provenance, leur traitement , leurs vernis et leurs modes d’assemblage ont des répercussions importantes sur la performance des produits.
Depuis 2005, presque tous les produits de bois d’ingénierie importés de Chine ont connus des problèmes majeurs dus, entre autres, à la qualité du bois, à leurs vernis et aux colles utilisées. Les garanties en disent long sur la performance espérée des produits. La grande majorité d’entre eux ne sont garantis que dans une fourchette de 40 à 60% d’humidité. Les garanties ne sont donc pratiquement jamais applicables car au Québec le taux d’humidité dépasse souvent 80% en été.

Le plancher de bambou
4bambouLa fibre de bambou est utilisée pour fabriquer de nombreux produits de construction et d’ébénisterie. On fabrique des planches de bambou en collant des lamelles de bambou ensemble. D’un point de vue environnemental, le bambou s’en tire assez bien.
Critère énergétique: pour le Québec, c’est le point faible du produit. Il provient uniquement des tropiques et le meilleur bambou vient de Chine, les coûts énergétiques reliés au transport sont donc élevés.
Critère environnemental: Le bambou est une plante à croissance très rapide. C’est une ressource rapidement renouvelable qui prévient le déboisement des forêts à croissance lente. Produit très durable, le bambou a une fibre très dure et résiste bien à l’humidité sans traitement chimique.
Malheureusement, il y a peu de bambou certifié FSC et vu sa grande popularité la culture du bambou se fait parfois au détriment de cultures nourricières privant la population locale. Il est difficile d’évaluer les impacts humains sur des populations très éloignées avec qui on a peu de contacts.

Critère santé: on peut choisir un verni posé en usine pour ne pas contaminer l’air de la maison lors du séchage ou un verni latex à faible émission de COV. Il existe aussi plusieurs fabricants qui n’utilisent pas de colle formaldéhyde mais il faut s’en assurer auprès du vendeur.

RAPPORT QUALITÉ/PRIX. Excellent rapport qualité/prix chez les marchands spécialisés en produits de bambou ou en plancher de bois franc ayant une bonne réputation. Dans les magasins généraux, axés sur le plus bas prix, on trouve vraiment n’importe quoi.

Plusieurs bons choix
On voit que presque tous les bois peuvent être un bon choix environnemental dans la mesure où l’exploitation de la forêt d’où ils proviennent est saine et que les colles et vernis utilisés ne sont pas toxiques. Actuellement, je considère que le plancher de bois franc d’ingénierie fabriqué au Québec représente le choix le plus écologique pour les Québécois. De manière générale, je crois qu’il faut surtout éviter d’acheter du bois en provenance de forêts éloignées dont la provenance n’est pas certifiée FSC.

Pour plus d’informations ou une soumission sur les planchers de bois franc contactez Plancher Pm. Voir www.plancherPM.com

Par Yves Perrier
2015/10/15