maison serre 1Le concept des maisons-serres est de plus en plus populaire dans les Pays-Bas et en Scandinavie et je crois beaucoup à son potentiel. Cela dit, il faut se méfier des reportages qui laissent croire qu’il s’agit d’un concept simple à appliquer tant pour la culture que la gestion de la chaleur.

Depuis 2016, Helly Scholten et ses deux enfants habitent gratuitement dans une maison-serre productive aux Pays-Bas, non loin du port de Rotterdam. À titre expérimental, ils ont eu l’opportunité de tester la vie en autosuffisance énergétique et alimentaire durant trois ans dans maison serre 6ce projet conçu par des étudiants de l’Université de Rotterdam.

L’idée de départ était intéressante, mais le résultat demeure décevant. Selon l’occupante, la gestion de la température semble nettement déficiente tout au long de l’année et la production de fruits et légumes a connu des ratés et des inconvénients majeurs.

La notion d’autonomie énergétique est aussi biaisée car la maison demeure chauffée de septembre à mars par un poêle à granules fonctionnant 24 heures sur 24 (selon elle).

maison serre 3

Faut-il tout mettre?
Il y a parfois trop de technologies variées et trop de volonté de «faire» écologique dans ce type de projet démonstrateur. Par exemple, le choix de matériaux recyclés n’est pas toujours heureux à long terme. Dans ce cas, l’utilisation de portes de bois à battant recyclées pour la serre c’est avéré peu étanche à l’air rendant la serre inutilisable au sol en hiver.

L’utilisation d’un coûteux mur végétalisé extérieur demeure problématique pour la survie des plants et peut être simplement remplacé par des grimpants vivaces qui ne coûtent rien.

maison serre 6La température de la serre demeure agréable au printemps et en automne, apportant même la chaleur nécessaire au chauffage de la maison.

Cependant durant l’été, du côté Sud, la température est insupportable. Elle est généralement 15’C plus élevée que la température extérieure ce qui démontre un manque important de ventilation naturelle. La majorité des plantes ont mal supporté cette chaleur.maison serre 2

maison serre 4

Un jardin sur le toit

Le seul endroit vraiment performant pour la culture est le toit-jardin de la maison qui est essentiellement une serre de type commercial bien ventilée. Mme Scholten y fait pousser des courges, du raisin, des figuiers, des fraises, des betteraves, de la laitue, des fines herbes, etc.
Cependant, il s’agit d’une culture en bacs remplis de terreau qui longent les murs extérieurs afin de bien répartir le poids des bacs sur les murs porteurs.

Les bacs longeant les murs sont uniquement accessibles d’un côté et ils réduisent l’accès aux vitrages pour les nettoyer. Mme Scholten met  les jardiniers biologiques en garde sur le maison serre 5travail nécessaire au remplacement du terreau de culture à tous les trois ans. Descendre le vieux terreau et monter le nouveau représente un travail colossal. Elle croit qu’une culture «plus technologique» serait  plus appropriée à la culture sur les toits. L’hydroponie est souvent la solution dans ce cas.

Le gel dans la serre sur le toit a causé quelques bris de tuyauterie qui ont engendré des fuites et des dommages à la maison. Elle recommande donc de mettre les réserves d’eau de pluie au sol et d’utiliser une pompe pour monter l’eau au besoin.

Un environnement exceptionnel
Outre l’inconfort estival et hivernal, Mme Scholten considère que l’accès à un espace tempéré lumineux demeure très agréable pour les climats froids et humides où, durant l’hiver, nous passons 90 ou 95% de notre temps à l’intérieur.

Quelques autres enseignements utiles
L’étanchéité à l’air. Pour que l’espace serre soit à une température plus élevée que la température extérieure il est important qu’il soit le plus étanche possible aux infiltrations d’air.
Le rapport vitrage/sol. Pour que le sol puisse générer suffisamment de chaleur dans la serre par géothermie passive, il faut que la superficie de vitrage soit limitée. Dans ce cas, il y avait beaucoup trop de vitrage comparativement à la superficie de sol.
La culture. Pour avoir une bonne production alimentaire, les plantes ont besoin de beaucoup de lumière et d’une température modérée. En été, la serre doit être fortement aérée.
L’efficacité énergétique. La coquille extérieure de la maison doit être aussi bien isolée qu’une maison normale et la superficie de vitrage qui s’ouvre sur la serre doit être limitée. Il ne faut pas croire que la serre chauffera la maison. Elle ne fait que réduire ses pertes énergétiques.

Par Yves Perrier
2018/01/13