_loggias urbainesEn 2015, l’architecte Pierre Leclerc a réalisé un immeuble de 13 logements à St-Hubert dont l’approche environnementale se démarque des standards écologiques par sa vision nouvelle et audacieuse, axée sur la durabilité dans un monde en changement.

Les nombreuses innovations dans ce projet relancent la réflexion sur l’architecture durable et notre rapport à l’habitat.

Un immeuble en bois CLT, démontable et sans placoplâtre

La structure des murs et des planchers est entièrement de planches de bois massives laminées-croisées (cross-laminated timber, CLT) qui forment aussi la finition des murs et des plafonds. Ces planches sont assemblées ensemble par des tiges d’acier boulonnées. À la fin de la vie utile de l’immeuble, toute sa structure peut être déboulonnée et remontée ailleurs ou réutilisée.
_murs boisCette structure de bois massif est ignifuge et ne requiert aucune peinture. Le bois finement sablé est simplement recouvert d’un scellant. Le résultat offre un fini résistant et sans entretien qui donne aux logements un aspect à la fois contemporain et naturel très chaleureux.
L’absence de peinture dans cet immeuble locatif transforme le rapport des locataires à leur environnement et réduit aussi les frais annuels de peinture de rafraîchissement.
Le bois CLT résiste bien aux dégâts d’eau car il n’absorbe pas l’eau et s’assèche rapidement. Il ne cause pas de moisissure pouvant affecter la qualité de l’air comme le fait le carton du placoplâtre en présence d’humidité.

Les murs extérieurs en bois sont recouverts de panneaux isolants récupérés, de type «cloison réfrigérée», qui assurent une isolation et une étanchéité à l’air supérieures aux normes actuelles.

_terrasseDurable dans le changement

Depuis plusieurs années, l’architecte Pierre Leclerc travaille sur un concept d’aménagement changeant qui s’adapte quotidiennement aux besoins des occupants. Son entreprise MoveHome fabrique des modules technologiques mobiles qui modifient l’aménagement intérieur pour optimiser l’espace et réduire la dimension des logements. Ce coeur technologique comprend une salle de bains et une cuisine. Il glisse silencieusement sur le plancher à l’aide d’un contrôle tactile pour réduire la chambre à coucher durant le jour et réduire le salon durant la nuit. Dans le projet de la Loggia Urbaine, quatre logements sont munis de module MoveHome.
_plinthe electriciteCette approche, si elle était généralisée, permettrait d’augmenter le nombre de logements dans un même immeuble pour en réduire les coûts de construction et les coûts énergétiques par logement ou pour densifier le nombre d’occupants afin de rentabiliser des services communs.

De même, la distribution électrique passe dans une plinthe creuse au plancher et toutes les prises électriques sont directement dans cette plinthe. Le filage est donc facilement accessible pour tout changement ultérieur et la position des prises de courant peut être modifiée facilement. Il est à noter que contrairement aux croyances populaires en ce domaine, il n’y a pas de hauteur définie pour les prises de courant dans le code d’électricité. Il est donc permis de mettre les prises à la base du plancher.

_logements boisDes services écologiques communs

La Loggia Urbaine regorge de solutions écologiques communautaires ayant un impact majeur sur l’environnement:
– un système de plomberie récupère et traite les eaux usées des douches pour les réutiliser dans les toilettes (système Aquartis)
– les eaux de pluies recueillies par le toit et le stationnement sont dirigées dans un vaste réservoir de 5 000 gallons pour l’arrosage de l’aménagement paysager. Cette approche maintient le niveau de la nappe phréatique et réduit les rejets dans les conduits fluviaux municipaux, réduisant les risques d’inondations. La récupération d’eaux usées et d’eau de pluie a permis de réduire de 33% la consommation d’eau des occupant.
_solaire– des panneaux solaires photovoltaïques fournissent l’électricité pour les aires communes et charger des batteries en cas de panne d’électricité. Ainsi les batteries pour l’éclairage de secours de ce multilogement n’ont pas besoin d’être changées à tous les 5 ans comme c’est généralement le cas.
– des panneaux solaires thermiques au glycol reliés à deux grands chauffe-eau communautaires assurent une partie du chauffage de l’immeuble et de l’eau-chaude domestique.
– l’aménagement d’un toit-terrasse communautaire protégé de la pluie, du soleil et partiellement du vent. Une douche estivale y est même accessible pour se rafraîchir.
– des carrés de jardin personnels dans un ensemble communautaire
– l’implantation d’un système de partage de véhicule électrique à proximité qui permet de réduire le nombre de cases de stationnement
– l’éclairage DEL (LED) est présent partout dans l’immeuble
– un centre de récupération avec transformation des déchets biologiques en compost a aussi été mis à la disposition des locataires en face de l’immeuble

_auto electriqueRéduire encore les coûts au bénéfice de tous

Les primes d’assurances contre les dégâts d’eau sont très élevées dans les condos ou les multilogements locatifs. Un seul débordement peut en effet causer des dommages sur de nombreux étages et les frais de décontamination sont parfois exorbitants.
Dans la Loggia urbaine, chaque sanitaire ou appareil électroménager utilisant de l’eau est conçu pour qu’un bris ou un débordement achemine l’eau vers un détecteur d’eau qui coupe automatiquement l’alimentation d’eau du logement.
Ce système, combiné à la construction en bois massif lamellé-croisé ainsi qu’à un plancher de béton poli, a permis au propriétaire de l’immeuble de bénéficier d’une réduction de frais d’assurance de 2 500$ par année.

Finalement, pour réduire les frais récurant d’entretien paysager ainsi que l’arrosage, l’architecte a remplacé la pelouse par un couvre-sol composé de plantes indigènes résistantes, ce qui a comme effet de réduire les besoins en engrais et pesticides nuisibles.

_douche terrasseQualité d’air et confort

Chaque étage de la Loggia est équipé d’un système commun de chauffage/climatisation et traitement d’air différent du système conventionnel. Il s’agit d’un système de distribution à haute vélocité permettant de réduire le diamètre des conduits tout en assurant le confort à l’intérieur des appartements. Ces conduits de plus petites dimensions facilitent l’installation et réduisent aussi les volets coupe-feu nécessaires entre les appartements et les aires communautaires. Plusieurs systèmes de filtres permettent d’obtenir une très bonne qualité de l’air pour tous les locataires. Les échangeurs d’air sont activés automatiquement lorsque le taux de dioxyde de carbone ou de composés volatiles organiques est trop élevé, réduisant grandement les frais de chauffage.

Pour la qualité de vie et la santé dans l’habitat

Le projet Loggia urbaine va bien au-delà de l’efficacité énergétique et de l’usage de matériaux écologiques. L’omniprésence du bois est apaisante et avec sa grande fenestration, il procure un éclairage naturel sain et agréable.
L’architecte a aussi installé des panneaux de fibrociment derrière les panneaux électriques, ce qui a réduit fortement les champs magnétiques dans les chambres situées derrière les panneaux.

_douches sans seuilUn projet phare au Canada

Par ses nombreuses approches environnementales inédites, l’architecte Pierre Leclerc a conçu un projet extrêmement novateur qui va bien au-delà d’un simple projet environnemental certifié LEED. Il nous démontre qu’en matière environnementale, une approche communautaire est bien plus efficace qu’une approche individualiste.

Infos :
www.loggiaurbaine.ca
www.movehomemodule.com

Par Yves Perrier
2018/09/30