chambre_brune_sico2Pour les adeptes de matériaux naturels pour la maison, les peintures à base d’huiles végétales et/ou de lait demeurent encore l’exception.

Au Québec, elles sont peu connues, difficiles à trouver, très restrictives et coûteuses. En ce sens, il est difficile de les recommander actuellement même si elles sont biodégradables.

Trois types de peintures et enduits naturels
Essentiellement, il existe trois sortes de peintures et enduits naturels: – Les peintures minérales au silicate. Composée d’ingrédients minéraux dissous dans l’eau et de pigments naturels. Elles sont destinées uniquement aux revêtements muraux en maçonnerie ou en stuc de ciment. Pour l’intérieur ou pour l’extérieur. – Les peintures au lait. Composées de caséine (un extrait du lait), de chaux, d’eau et de pigments d’origine naturelle comme le charbon, des racines, des fruits ou des graines. Se pose sur des murs et plafonds intérieurs seulement. Principalement sur des meubles et boiseries. – Les enduits de chaux. On les a beaucoup utilisés sur les vieilles maisons québécoises tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. La chaux a la capacité d’être autocicatrisante. En présence de microfissures, elle se dissout pour boucher la fissure. Cependant, sa mise en oeuvre nécessite un certain savoir faire et le fini n’est pas permanent ni facilement lavable. On le voit, même si les peintures minérales existent en Allemagne depuis plus d’un siècle et que les peintures à base de caséine (au lait) sont encore plus anciennes il demeure que ces peintures ont été peu utilisées au Québec et que notre expérience de ces produits est limitée. Il y a donc un certain risque à leur utilisation.

Ma vision personnelle
On ne peut pas dissocier le choix d’une peinture du substrat sur lequel elle est posée et des conditions de chaleur et d’humidité de ce substrat. Pour les peintures d’intérieur, nous avons maintenant d’excellentes peintures au latex, sans COV, qui sont à la fois saines pour les occupants et pour l’environnement. Ces peintures sont résistantes au lavage et leurs couleurs sont résistantes au jaunissement par les UV. Pour les peintures extérieures, il a fallu des décennies d’expérimentations pour arriver à la formulation de peintures, pour bois ou maçonnerie, résistantes aux variations extrêmes du climat canadien et aux variations très importantes d’humidité.

Quels avantages et quels risques?
Comparativement aux peintures latex sans COV, les peintures naturelles ne répondent pas à un problème inquiétant. Leur avantage potentiel est de représenter un meilleur choix écologique en considérant l’ensemble de leur cycle de vie. Mais cette information n’est pas évidente et devrait être pondérée en fonction du fabricant et du lieu d’utilisation. Personnellement, il me semble que le risque n’en vaut pas la chandelle.

Yves Perrier
2011/01/15