ilot de cuisineLes îlots de cuisine peuvent être à la fois beaux, utiles et agréables, mais dans certains cas, si les dimensions de la cuisine sont trop restreintes, ils peuvent devenir encombrants, inutiles et même dangereux pour les occupants de la maison.
Voici quelques conseils d’aménagement pour éviter les erreurs de conception courantes si on désire en tirer du plaisir et de la satisfaction.

L’espace disponible est-il suffisant ?
Un îlot situé au centre d’une cuisine demande généralement plus d’espace qu’une cuisine standard. Pour que deux ou trois personnes puissent circuler dans la cuisine sans se bousculer il ne faut pas que l’espace entre les comptoirs soit trop restreint. Parfois, on peut réduire la distance entre l’îlot et les comptoirs à 3 pieds, mais cela doit demeurer exceptionnel, sinon il devient difficile de cuisiner, d’ouvrir le four, le réfrigérateur, les portes des armoires basses, ou le lave-vaisselle sans bloquer complètement le passage à d’autres personnes.

Un design de type commercial?
Certains propriétaires désirent avoir un design de «revue de décoration hyperbranchée» qui s’apparente aux cuisines commerciales ou aux bistros de quartier. Dans ces concepts, l’îlot est très souvent surmonté de tablettes de verre ou de supports pour y suspendre des coupes à vin, des accessoires de cuisine ou y déposer de la vaisselle stylisée. Dans une maison, cette approche est peu intéressante, sauf pour obtenir une photo dans un magazine.
Il y a d’abord la question de l’entretien. Dans un commerce, les verres à vin sont utilisés et lavés deux à trois fois par jour. La poussière n’a pas le temps de s’y déposer. Dans votre cuisine, vos invités remarqueront davantage la poussière sur les coupes que le design contemporain. Des accessoires de cuisine, bien en vue, vous causeront aussi un certain dilemme: « Devrez-vous les utiliser et les salir ou les laisser en place et les dépoussiérer occasionnellement?»
Des tablettes ou des accessoires au-dessus de l’îlot créent aussi un obstacle visuel entre les gens qui sont situés de part et d’autre de l’îlot. De plus, cela bloque partiellement la lumière naturelle dans la cuisine ou en provenance de la cuisine.

OK pour l’évier, mais pas pour la cuisson
Il n’est pas sécuritaire ni pratique de faire de la cuisson sur un îlot. Il y a une forte circulation autour des îlots et s’ils sont munis d’un comptoir lunch, il peut aussi y avoir des personnes assises à proximité. Toute mauvaise manœuvre de la part des cuisiniers, des enfants ou des invités, peut se transformer en brûlure grave.
Aussi, on doit s’inquiéter des éclaboussures de gras, d’huiles ou d’eau bouillante à proximité des convives.
Comme autre inconvénient, la cuisson demande de la ventilation mécanique. La présence d’une hotte de cuisine au-dessus limite le contact visuel, accumule la graisse et bloque la lumière. Il ne faut pas compter sur les hottes installées dans les comptoirs, elles sont très bruyantes, peu efficaces pour les chaudrons et elles sont si puissantes qu’elles peuvent mettre la maison en pression négative, aspirant les fumées d’un foyer à l’intérieure de la maison.

L’insertion d’un évier dans un îlot est moins problématique, mais seulement s’il est suffisamment grand. Un évier sans espace de comptoir à proximité est peu pratique pour la préparation des repas ni pour y faire la vaisselle.

Pas de dinette intégrée
Dans les années 90, où les cuisines étaient devenues très grandes, les îlots incorporaient souvent une petite table supplémentaire incluant des chaises ou des tabourets plus bas. Ce concept s’est avéré plus encombrant qu’utile et les années 2 000 ont vu revenir le bon vieux comptoir lunch des années 1970.

Le comptoir lunch intégré à l’îlot

En 2019, l’îlot avec un comptoir lunch est devenu le standard le plus apprécié. C’est un choix bien adapté à la vie actuelle des familles, des couples ou des personnes seules. Ils sont très appréciés par tous ceux qui aiment cuisiner et recevoir. Un îlot avec comptoir lunch permet à d’autres personnes de prendre part à la préparation du repas ou simplement discuter avec les cuisiniers, un verre à la main.

Par Yves Perrier
2019/07/31