fibre de verre hybrideAu Québec, on fait la vie dure aux planchers des balcons extérieurs et le contreplaqué recouvert de fibre de verre demeure le matériau le plus recherché comme revêtement de plancher à faible entretien.

La fibre de verre forme une coque étanche et très résistante à l’abrasion par le sable, à l’attaque chimique du calcium, à la chaleur du soleil et à ses rayons ultraviolets, à l’eau et au gel ainsi qu’aux chocs des déménagements.

Grâce à sa légèreté relative et sa rigidité, son installation est aussi facilitée. On le retrouve aujourd’hui dans plusieurs couleurs et avec des finis granite et antidérapants qui ajoute la beauté à son côté pratique. Cela dit, il y a un problème.

Le problème des balcons de fibre de verre
balcon hybride 2Malgré toutes les qualités du produit et de son design, le plancher de fibre de verre standard a un ennemi insidieux: les percées dans sa coque pour y visser les garde-corps.

À la longue, les vis sont corrodées par l’eau et le calcium laissant pénétrer un peu d’eau dans son âme de contreplaqué qui se retrouve piégée entre deux revêtements hydrofuges de fibre de verre. Le bois ramolli et ne retient plus les vis dans leur trou: le garde-corps perd alors sa rigidité et les trous s’agrandissent laissant encore plus le passage aux infiltrations d’eau.

Dans de telles conditions, même si le revêtement de fibre de verre est encore en bonne condition le contour du balcon est pourri et le tout doit être jeté dans les centres d’enfouissement car la fibre de verre est peu recyclable et le bois pourri inutile.

Une solution durable: le balcon hybride
Depuis quelques années, l’entreprise Bell Aluminium de Montréal utilise un produit hybride qui élimine ce problème et rend les balcons beaucoup plus durables; le balcon à âme hybride.
Il s’agit encore d’une structure de contreplaqué en son centre, mais une bordure de 8 pouces (20 cm) en matière composite imputrescible est ajoutée sur son périmètre, là où sont vissées les poteaux. Le tout est ensuite recouvert de fibre de verre et de gel coat pour lui donner l’apparence d’un balcon de fibre de verre régulier.
Comme cette bande de support composée à 100% de composite résiste à la pourriture, il en résulte une durée de vie exceptionnelle pour ce type de revêtement de plancher de balcon.
Après 15 ou 20 ans d’utilisation, si le fini de gel coat démontre de l’usure, il est alors possible de lui donner une seconde vie en refaisant uniquement la surface du plancher car sa partie structurale sera encore en bonne état. Il en résulte un produit beaucoup plus durable qui n’ira pas augmenter les déchets dans le centre d’enfouissement.

Pour une beauté durable: attention aux composantes
Un plancher de fibre de verre de bonne qualité se compose d’abord d’une âme de contreplaqué stable et rigide. Je recommande le sapin Douglas LP Select de 3/4 de pouce d’épaisseur.
Il faut ensuite le recouvrir de fibre de verre avec un minimum de 3 onces/pi2 de résine polyester en prenant soin de doubler la fibre de verre sur le périmètre du balcon, là où les chocs et les tensions peuvent l’endommager où la faire fissurer.
Puis, on ajoute la couche de finition d’enduit gélifié (gel coat) de grade marin qui lui donne sa couleur et sa texture tout en augmentant sa résistance aux rayons UV et aux agressions extérieures.

Un balcon 100% composites?
Il est possible de faire un balcon 100% composite, donc véritablement à toutes épreuves contre la pourriture. Ce produit satisfait aux normes ASTM de résistance au feu et il peut s’avéré un bon choix dans des lieux très passants ou lorsqu’on veut y fixer des équipements mécaniques. Cependant, il est beaucoup plus coûteux. Le balcon hybride me semble donc un meilleur rapport qualité/prix pour un usage normal.

Un bon investissement
À long terme, le balcon hybride me semble un excellent choix d’investissement et un bon choix pour la planète.
Pour plus d’informations ou une soumission: www.bellaluminium.com

Par Yves Perrier
2019/03/24